Je suis un traducteur homme-machine qui aime voyager. J'écrit ici ce qu'il me passe par la tête. J'ai gardé le même nom de domaine parce que merde.

Le thé turque

C'est difficile à décrire à quel point le thé turque m'a manqué. Habituellement j'aime bien le thé, quoique au final j'ai tendance à préférer le café. Entre autres, puisque j'utilise ces breuvages comme carburant, le café m'a toujours semblé comme plus efficace. Enfin, ailleurs peut-être, mais pas ici en Turquie.

Dans ce pays peuplé par les descendants de nomades des steppes d'Asie centrale, anciennement connu sous le nom d'Asie mineure, territoire montagneux parsemé d'innombrable ruines issues des temps les plus immémoriaux (Göbekli Tepe), paysage qui a vu la naissance et la mort de multiples empires : ici, on infuse le thé avec de la cocaïne. Ou de l'amphétamine. Je ne sais pas exactement. Mais on y trouve définitivement une ou plusieurs substance illicite.

C'est la seule manière d'expliquer l'incroyable effet euphorique obtenu après avoir consommé une seule tasse de cette divine concoction. J'en sirote au rythme de l'habitant, soit à toute les heures ou à peu près. Si je n'y fais pas attention, je risque d'aboutir pantelant dans les rues d'Istanbul, échevelé et l'oeil fou, criant à répétition "ÇAY"!

Et c'est sans parler de la nourriture. Bon... ça manque de porc mais autrement c'est pas piqué des vers.